Par Valérie de Saint Do, publié sur Médiapart le 07-11-2012 

Je suis en résidence à Cracovie pour tout le mois d’octobre, invitée par deux artistes, Marta Jonville et Tomas Matauko, dans le cadre du projet poétique et politique “Mécanismes pour une entente”. Ce blog va se faire, ce mois-ci et au delà, le relais de ce projet dont voici une petite présentation. À suivre!

Autour d’un train fantôme

Quelles raisons poussent un duo d’artistes venu de Bordeaux, France, à s’intéresser à une ligne de train disparue en Europe centrale et à inventer, autour de ce trajet interrompu, un laboratoire artistique?

Pour Marta Jonville et Tomas Matauko de l’association PointBarre, initiateurs de « Mécanismes pour une entente », cette ligne ferroviaire quasi-disparue (1), qui reliait Varsovie à Bucarest via Cracovie, Košice et Budapest, est prétexte à interroger les relations entre pays d’Europe, ce qui les rapproche, ce qui les sépare dans une Europe que l’on souhaiterait sans frontières. Et au delà, de travailler à des langages à la fois singuliers et communs autour de ce qui relie ou sépare les populations des pays traversés. De quels enjeux politiques, sociaux, humains cette vie et mort d’une ligne de train est-elle le nom ?

« Mécanismes pour une entente » convie une vingtaine d’artistes, chercheurs, historiens, écrivains de différents pays – Pologne, Slovaquie, Hongrie, Roumanie, France–  à rejoindre leur laboratoire de création pluridisciplinaire autour de cette circulation disparue. Différentes institutions et collectifs artistiques sont parties prenantes de cette exploration dans chaque pays traversé par le train fantôme. L’aventure démarre en ce mois d’octobre avec la résidence de Valérie de Saint-Do, journaliste, longtemps codirectrice de la revue art/ société Cassandre-Horschamp, et se poursuivra jusqu’en mai avec la venue successives d’artistes, chercheurs ou auteurs pour un mois de séjour à Cracovie. D’autres rendez-vous seront proposés à l’Institut français.

Cet été, en juillet-août, l’ensemble des participants refait le parcours du train, partage ce voyage quelque peu initiatique, afin d’ échanger visions et expériences, et à chaque étape, de rencontrer les habitants. Quant aux travaux issus de cette quête itinérante, ils seront présentés à l’automne 2013 qui verra une exposition, un film et l’édition d’un catalogue.

Ce projet artistique en marche et ouvert sera présenté le 23 octobre 2012, à l’Institut français de Cracovie.

(1). À la suite de l’effondrement d’un pont en 2010, la ligne ne fonctionne plus que la moitié de son parcours, pendant une courte période estivale.

338576_484178534943087_1742630508_o

485276_605637839463822_238030343_n 550331_617817721579167_951867595_n