Entente for a mechanism / Entente pour un mécanisme
Transit Krakow-Muszyna

The trip is an abandonment of its souvenirs as the wheel of lanscapes goes by.
Everything reconsolidates on itself between two time lapses of a bus, sensations become blunted and confound between here and there.
Big lakes take the setting sun, pieces of calm water perched on the distanced words percieved from Krakow.
A beautiful region of average forest mountain and prairie offers itself to the limits of Poland and Slovakia.

03-08-2013


Sylvestre par Mecanismes

Plaveč
C’est un calme olympien qui règne dans cette localité surplombé par l’imperturbable moyenne montagne slovaque.
Ce sont ses rues quasi-désertes en plein été qui lui accordent l’état des choses inchangées, si ce ne sont que les manques d’aménagement urbain dans la bourgade au temps reclus.
Lové dans un des méandres de sa rivière, tout s’est oublié jusqu’à sa ligne de chemin de fer qui ne laisse plus qu’entendre la fréquence lourde des trains de marchandise et non plus de voyageurs.
Contexte de pavillonnaires vernaculaires rénové récemment avec parcelles, délimités par clôtures potagères.
Situation de fond de vallée, délaissée livrée aux exploitations agricoles environnantes.
Où se trouve le pittoresque dans le réaménagement européen planifié.
06-08-2013
Announcement for Plaveč

(suite aux allégations de slovaques : »Le coeur de l’Europe, c’est nous… »
ce à quoi j’ai entonné d’instinct dans l’instant : » où l’Europe sans coeur/Le coeur d’une Europe est Slovque/Echangez vot’Europe… »)

After hearing allegations from Slovak people : « We are the heart of Europe, I instinctively and immediately intoned « where heartless Europe/ The heart of Europe is slovak/ Exchange yer Europe »

Annonce pour le “Jour de la pomme, le 6 août à Plavec, Slovaquie. (Photo Marta Jnville)

Plaveč so being the middle
Of the Europ is not so little
In the middle of mountains
Come exchange our european
Differences and eat the apple
Parabol in the city field
Just all together to feel
In between everybody to be happy
With our european apple pie.

En slovaque:

Oznam pre Plaveč
Po vypočutí tvrdení od Slovákov : « Sme srdce Európy, Som inštiktívne a ihneď zanôtil « kde bezcitná Európa/ srdcom Európy sú slováci/ Vymeň svoju Európu »

Plaveč, tak je v strede
V Európe nie je taký malý
V strede hôr
Príď vymeniť náš európsky
Rozdiel a jesť jablko
Parabola v mestskej oblasti
Len cíťme všetci spolu
Medzitým všetci boli šťastní
S našim európskym koláčom.

Traduction par Linda van Dalen

Le Val de Plavec

Qui est le Slovaque de Plavec ?
Quiet val où l’eau vaque avec
Le fond d’une largeur vaste
D’une contrée se rétrécissant
D’un calme retrait saississant
Des maisons viagers à vergers aérés
De méandres à voyager
d’un massif firmament étendu
D’étoiles au convoi attendu.
Détroit en faux plateau
Sinueux serpent d’eux et d’eau
Descendant de là haut
D’un rythme acoustique régulier
Ponctuant l’environnement séculier ;
Rien ne pourrait troubler
Le calme chenal oublié
Aux traces acier ferré
Qu’aucun artiste ne ferait
Changer de sort démantelé,
Face aux crêtes forestières dentelées.
Parlez haut par vos post socialistes speakers :
« Why walking about to dreaming tracks ? »

Kto je slovák z Plavča ?

Je ako kľudné údolie kde tečie rieka
hlboká a široká;
Ako úzka dolina,
kráľovstvo ohlušujúceho ticha;
Ako domčeky starkých v ovocnom sade;
Ako meander, ktorý láka na výlet
k širokým záhonom hviezd.
(Traduction: Sylvia Jonville)

Textes liés au projet « Mécanismes pour une entente » initié par Marta Jonville et Tomas Matauko. Paru dans Deadline, hebdomadaire du projet

—————————-
Bordeaux 18-03-2014 6.45AM
Dernières impressions du petit matin
Rien de tel de quitter la ville un matin tôt pour en avoir un aperçu dernier de nuit avant le petit jour.
Outre un soleil radieux accompagné d’une lumière maritime la ville m’est apparue hermétique et en vase clos derrière ses façades classiques françaises, malgrél’ouverture d’un ciel présent au dessus d’un épanelage réguliérement peu élévé.
La Garonne semble revêtir la mer
La garçonne qu’est la ville de pierre
Comme en garnison se présente-t-elle
Il n’y a de gascon que la lumière en l’air.
Après un dimanche farniente au jardin botanique, la relâche a continué au creux d’un jardin public.
Une dérive vers l’aval m’a fait quitter le fleuve pour d’autres « Cours »plus urbains, axés par d’anciennes routes de vin.
On sent la fraicheur des caves tout le long, abritées de la chaleur du sud ouest dans les entresols enfouis.
D’havres urbains en retrait s’excluent
Bordeaux au bord d’océan est écluse
Attirant tirant d’eau douce vers l’estuaire
L’ouest d’une côte fait taire l’est.

Transit Bordeaux Paris
Des brumes impénétrables surnagent au noir épais
Jusqu’au petit matin passé et apaisé
De Libourne Angoulême aux vapeurs dissipés
C’est l’heure où le soleil sans peur s’en vient pisser.

Inondant déjà toits,vignes et champs les pays
Se traversent sans tourment, sans octroi à payer
Synchrone sur la ligne au moins jusqu’à Poitiers
Paris à pas géant TGV de trois pieds.

Mais avant l’arrivée que surtout ne s’arrête
Mon encre à voyager ,coule poisson sans arrête
Continue à relier tous les chemins à faire.

Ou comment inspiré faire autant de renaître
Inclure espace au temps del’homme à sa reine d’etre
Dans un trajet méthode (de) Montaigne au règne en fer.

—————————-